EXPÉDITION I_ Mémoire des Pluies Polliniques

Expédition sur la trace des dryas octopetala

et autres plantes typiques des climats de grandes glaciations.


 

Lorsque les plantes de l’Arctique peuplaient les sols de l’Ile de France, de la Bourgogne et de la Saône.


Indicateurs:           Archives des sols_ empreintes végétales et polliniques

Lieu:                        Frontière occidentale de la zone peuplée par les dryades, il y a plus de 11.700 ans.

Pays:                        France

Trajectoire:            JAUNE

trajectoire


Premiers dessins


DSC04688

 


Cartographie de la distribution des dryas octopetala

Période: Dryas récent(12.700 à 11.700)

Source: Carottages de tourbe et relevés palynologiques.


 

carte-distrubution-des-dryas-octopetala-Dryas-récent

Untitled-2 Sites où furent mis à jour la présence de pollen de Dryas datant de 12.700 à 11.700

JAUNE Trajectoire de l’expédition

 


 

Détails des relevés de palynologie

Source: European pollen database


 

 

DryasOctopetalaUnrestrictedEPD-DryasOctopetalaUnrestrictedEPD-11DryasOctopetalaUnrestrictedEPD-DryasOctopetalaUnrestrictedEPD-1

DryasOctopetalaUnrestrictedEPD-DryasOctopetalaUnrestrictedEPD-3

 


 

RECHERCHES

avec les palynologues du Muséum Nationale d’histoire Naturelle et de l’UPMC


 


 

La dryas octopetala serait–elle un bio-indicateur des climats passés ? Tandis que les glaciers würmiens amorçaient leur retrait, la dryade fut l’une des premières plantes à fleur à recoloniser les paysages libérés des glaces.
Sa présence végétale fut si importante dans le nord-ouest de l’Europe, alors vaste toundra, qu’elle donna son nom à l’ultime oscillation froide précédant l’Holocène: le Dryas récent (de l’anglais : dryade).

LGP127_Rosaceae_Dryas_octopetala_18
Dryas Octopetala, Vue polaire prise au microscope optique, grossissement 1000 par Agnès Gauthier, Laboratoire de Géographie Physique/UMR 8591 CNRS

Le réchauffement amorcé après la dernière période glaciaire du à l’augmentation progressive de l’insolation, a brusquement été interrompu  il y a 12,800 – 11,500 ans. L’hypothèse la plus communément avancée, est que l’apport massif d’eau douce résultant de la fonte des glaces qui s’étaient accumulées en Amérique du Nord a considérablement ralenti la circulation thermohaline et provoqué un refroidissement général des moyennes et hautes latitudes (ainsi qu’une très grande aridité dans les régions tropicales).

Dans les diagrammes polliniques d’Europe du Sud, apparaissent alors des plantes steppiques (ex: Artemisia, Chenopodiaceae…), la colonisation des forêts thermophiles (des chênes par exemple) régresse et le fameux Dryas octopetala s’étend en Europe du Nord. Ce changement environnemental de très grande amplitude a été abondamment documenté dans les séquences sédimentaires lacustres et marines, les carottes de glace…. qui ont pu non seulement en mesurer l’amplitude mais également la mise en place.

Extraits d’entretien mené avec Anne-Marie Lezine le 28 mai au LOCEAN, Paris.

 

DSC01398-2
Visite au département de Préhistoire du Muséum National d’Histoire Naturelle

DSC01410

VISITE
Observation avec Vincent Lebreton d’un grain de pollen de Dryas Octopetala, prélevé en 1971.
DSC01407
Les grains de pollen des rosacées sont caractérisés par un aspect strié. Les traits de la Dryas Octopetala, de la même famille, sont un peu plus hachurés
Dryas Octopetala, Film réalisée à partir de vues polaire prises au microscope optique, grossissement 1000 par Agnès Gauthier, Laboratoire de Géographie Physique/UMR 8591 CNRS

 

Pourtant “Nous nous sommes rendus compte que certaines plantes pollonisent beaucoup et sont surreprésentées et inversement. En palynologie, pour reconstituer une image fidèle de la végétation, il est nécessaire de compter au minimum 300 grains de pollen dans un échantillon de manière à faire apparaître ces éventuelles plantes qui pollinisent peu.

La Dryas octopetala fait partie de ces plantes sous-représenté dans les diagrammes polliniques car elle pollinise peu.

C’est aussi parce que le palynologue ne peut pas observer les caractères morphologiques propres à Dryas octopelata et que toutes les plantes de la famille des Rosaceae sont déterminées en palynologie au rang de la famille = Rosaceae.Extrait d’un entretien avec Vincent Lebreton, Avril 2015

 

 

 


 DRYAS OCTOPETALA


 


Connu sous le nom vernaculaire de Dryade à huit pétales ou Herbe à plumets

Arbrisseau nain rampant le long des reliefs glacés des plaines de l’Arctique ou du substrat rocheux des pâturages d’altitudes.


 

Distribution actuelle:           Zone Arctique, Montagne

Altitude:                                  1400-2800m

Pays:                                        Norvège, Finlande, Eurasie, Amérique du Nord, Alpes

Habitat :                                 Éboulis, milieux pierreux .

Dryas Octopetala, Jardin Alpin, MNHN, Anaïs Tondeur 2015
Dryas Octopetala, Jardin Alpin, MNHN, A.Tondeur 2015

CLASSIFICATION


 

Règne :                                              Plantae

Classe :                                              Equisetopsida

Ordre :                                              Rosales

Famille :                                           Rosaceae

Sols :                                                  Calcaires

Dryas Octopetala, Jardin Alpin, MNHN, Anaïs Tondeur 2015
Jardin Alpin, MNHN, A.Tondeur 2015

FLEUR


 

Diamètre                                                  2 à 4 cm

Symétrie de la fleur :                             Symétrie par rapport au centre (actinomorphe)

Type de corolle :                                     Dialypétales (libres)

Pilosité de la Fleur :                               Oui

Type d’inflorescence :                            Solitaire

Forme du pétale (ou tépale) :               Arrondi

Nombre de pétales (ou tépales) :          8

Forme du sépale :                                   Pointu

Nombre d’étamines :                              10 et +

 

 

Dryas Octopetala
Dryas Octopetala, Jardin Alpin, MNHN, A.Tondeur 2015

PLANTE


 

Taille:                                                     5 à 15 cm

Forme générale :                                     Rampante

Type biologique :                                    Chaméphyte

Type de dispersion :                               Anémochore

Succulence de la feuille :                       Non

Période de Floraison :                            Mai-Août

 

 

Dryas Octopetala,
Dryas Octopetala, Jardin Alpin, MNHN, A.Tondeur 2015

 


FORME DES FEUILLES


 

Elliptiques-ovales-obovales

Linéaires-lancéolées

Type de feuille :                                                   Simple

Disposition feuille sur tige :                            Alternes

Présence d’un pétiole :                                       Oui

Section de la tige :                                             Tronc ou tige ligneuse

Rugosité de l’écorce ou de la tige ligneuse : Écailleuse

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *